Idrissa Seck: "Tant qu’il nous restera un souffle de vie..."

Le candidat de la coalition « Idy4président » a improvisé lundi après-midi une "marche orange"  dans les rues de Dakar avant que son cortège ne fasse une descente au rond point Sandaga où un dispositif policier l'attendait.

 

Sous les acclamations et les ovations de ses militants et sympathisans, l'ancien Premier ministre s'est payé une marche dans la tranquillité. Point de jets de pierres, ni de lacrymogènes comme son cortège a été accueilli dimanche par les forces de l’ordre.

A Sandaga, Idrissa Seck a affiché toute sa détermination à faire respecter la Constitution sénégalaise  et les libertés fondamentales. "L’objet de cette manifestation rentre dans le cadre de la campagne électorale et de la lutte permanente que nous menons pour la protection de notre Constitution et de nos lois que nous ne laisserons à aucun dictateur par des mesures administratives les violer de façon durable", a t-il lancé à la foule. "Tant qu’il nous restera un souffle de vie, nous combattrons pour la préservation de notre Constitution et de nos libertés fondamentales", a ajouté le candidat Idrissa Seck.

 Il a qualifié d'"irresponsables" les propos que le porte-parole du chef de l’Etat, Serigne Mbacké Ndiaye, a prononcés lundi lors d’une conférence de presse et l’accusant - sans le nommer explicitement - d’être l'instigateur des manifestations du M23 et d'avoir recruté d'anciens militaires pour destabiliser le pouvoir en place.

"Ce que j’assume pleinement, c’est le combat pour la protection de la Constitution et l’appel que je lance depuis très longtemps à tous mes concitoyens : c’est de se mobiliser entièrement, fermement, totalement dans la paix, pour barrer la route à ce projet de dévolution monarchique du pouvoir", a souligné Idrissa Seck.

Toutefois, il souhaite que les élections se tiennent à date échue, c'est-à-dire le 26 février 2012, mais selon les règles définies par la Constitution et le code électoral, c’est-à-dire "sans le président sortant, Abdoulaye Wade".

a propos de l'auteur

Portrait de Marième Birame BÂ
Marième Birame BA |Etudiante au CESTI, Bloggueuse
 
 

Commentaires

Portrait de Mamadou Ndiaye

IDRISSA SECK: "TANT QU’IL NOUS RESTERA UN SOUFFLE DE VIE..."

par Mamadou Ndiaye·jeu, 01/01/1970 - 01:00

Merci Idy. Celui qui refusera de mourir, vivra dans le déshonneur. On nous tue, mais on ne nous déshonore pas. Wade dehors !!!